Entre nous – portraits de coworkers – #1 Eléonore

30/07/2017 15:28 Pas de commentaire 1

Afin de vous faire entrer au coeur de la communauté, prenons le temps d’échanger avec les coworkers, qui ils sont, d’où ils viennent et pourquoi ils ont choisir le coworking. Premier numéro de la série « Entre nous, portraits de coworkers ». Eléonore, jeune entrepreneuse, plus nature que nature, nous raconte comment elle a créé son activité de paysagiste d’intérieur. Un métier encore méconnu mais qui vous veut du bien !

Rencontre avec une entrepreneuse qui nous met au vert.

“ Ce qui me tient à coeur c’est de faire entrer le végétal au coeur de nos vies et lui redonner sa place. Tout part de là…” Eléonore LAVEAU, fondatrice de NaturElément

1- Quel est ton parcours ?

Si on remonte à très loin, quand j’étais à l’école primaire, je me souviens d’un jour où j’étais dans la voiture avec mon père et je lui ai dit « je veux faire ça » en montrant une fleuristerie. Il m’a répondu « mais tu sais qu’il faut se lever très tôt le matin ? », « ah, bon ? alors je ne le ferai pas » (rires).

Quelques années plus tard, après un Bac arts appliqués, j’ai suivi un BTS aménagement paysager. C’est une amie (moi ce sont toujours les gens qui m’ont guidée) qui m’a dit «Eléonore, j’ai reçu cette plaquette pour une formation et je suis sûre que c’est pour toi ! » J’ai lu le descriptif, c’était pour devenir « paysagiste d’intérieur avec de l’évènementiel » et je me suis dit, oui, c’est pour moi. Je suis allée à la réunion d’information et l’après-midi même, j’ai rencontré les Jardins de Gally qui étaient présents. Dans la même journée j’ai trouvé la formation et le stage et dans exactement ce que je voulais : l’événementiel.. ce qui est le plus rare pour les paysagistes d’intérieur, et le plus créatif.

Je suis restée 9 ans chez Gally et j’ai pu faire des trucs de dingues !

2- Pourquoi avoir créé Naturélément ?

Quand je suis arrivée dans la région, je suis allée voir les fleuristes et je n’ai pas trouvé quelque chose qui me plaisait.  Puis je me suis rendue compte que le métier de paysagiste d’intérieur n’existait pas dans la région et donc qu’il y avait un potentiel. Je me suis dit “pourquoi pas ?”

3- Qu’est-ce qui te donne envie de te lever le matin ?

Faire mon métier parce que je l’aime ! Et quand le soleil brille et que les petits oiseaux chantent, je suis encore plus motivée ! C’est l’aspect créatif et artistique que je préfère avec une passion pour le végétal. Ce qui me tient à coeur c’est de faire entrer le végétal au coeur de nos vies et lui redonner sa place. Tout part de là. En intérieur mais pas que…

4- Moment bonheur et moment galère de l’entrepreneuriat?

Moment bonheur? Quand une personne que tu ne connais pas et que tu n’as pas démarchée te demande un chantier et qu’elle te prend pour faire ce chantier… Là tu dis Wouahouuu ! Elle t’a trouvé comme ça, sur internet. Et même si je suis mal référencée, il y a des entreprises comme Booking qui m’appellent.

Moment galère? La commercialisation : se faire connaître et faire connaître le métier, c’est la plus grosse des galères parce que je n’aime pas ça. Je suis souriante mais pas commerciale (rires).

5- Si tu avais un conseil à donner à un jeune entrepreneur, ce serait..

Avant de s’inscrire en société, se renseigner sur les contrats CAPE (Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise). C’est tellement peu connu, mais tellement bien ! Cela permet de tester son activité tout en continuant à toucher le chômage. C’est idéal pour des activités spécifiques, pour faire son business plan et affiner son offre au fur et à mesure des années. Tu as plus de liberté et moins de stress que si tu t’inscris directement en tant qu’entreprise.

J’étais en couveuse d’entreprise pendant 3 ans. Ensuite, j’ai trouvé la coopérative d’entreprises (Axalp) qui pouvait me reprendre au même contrat CAPE. Grâce à ce réseau, j’ai réussi à décrocher l’installation d’un sapin de Noël dans une grande entreprise que je ne connaissais pas. Il s’est avéré qu’en fait le sapin de Noël était un test pour de futurs aménagements qui ne devraient pas tarder à se faire…

6- Pourquoi avoir choisi d’intégrer Entrelac ?

A la base, je suis venue chercher un endroit pour travailler hors de la maison. J’ai aimé la communication jeune et dynamique. Et ça m’intéressait d’être à Annemasse parce que je pense que c’est un pôle en plein développement. En étant présente ici, j’agrandis ma zone de chalandise.

7- Qu’as-tu trouvé chez Entrelac ?

Tout un réseau d’entrepreneurs prêts à partager leurs connaissances, leurs compétences. Un endroit où tu peux travailler tranquille et où tu retrouves un rythme d’entreprise avec des collègues… même si on a tous des boites différentes, on est un peu collègues ici.

8- As-tu une anecdote à nous raconter ?

A chaque fois que je viens, je fais un tour avec Marion pour un diagnostic de ses plantes ! (rires)

9- Quel est ton évènement préféré ?

Je n’en ai pas en particulier. Ce qui me plaît c’est qu’il y en a régulièrement. Que ce soit ludique, sportif, pour être coaché… Moi-même j’ai réalisé un atelier pour présenter mon activité.

10- Il n’y a pas que le boulot dans la vie…  Si tu devais te présenter à « La France a un incroyable talent », quel talent présenterais-tu ?

La danse. Je suis animatrice de danses africaines actuelles… Le « Coupé Décalé ».

11- Si tu devais définir la communauté des coworkers en 3 mots ?

Dynamique, Partage, Accueillante.

Eléonore Laveau – NaturElément

Propos recueillis par Véronique DUCHATEL