Les bonnes pratiques du télétravail: en coworking ou à la maison

Article publié dans le numéro de décembre 2020 de Frontalier Magazine (Groupement Transfrontalier Européen). 

Les périodes de confinement liées à la crise sanitaire nous le montrent: le télétravail peut être pratiqué par un grand nombre de professionnels.

Pour autant, cela ne s’improvise pas! Dans cet article, nous partageons bonnes pratiques et outils développés par les adeptes du travail flexible et balayons les nombreuses idées reçues autour du télétravail.

Sur le plan juridique, le guide édité par Ocalia/SOFIES et le Cabinet Eurex présente les réglementations en vigueur en France, en Suisse et dans un contexte transfrontalier.

J’Y VAIS OU J’Y VAIS PAS?

Voici les objections les plus courantes entendues autour du télétravail. 

1. Mon entreprise est anti-télétravail: 

La culture du présentéisme est encore forte dans certaines entreprises. Pour autant, les employeurs doivent désormais considérer les arguments suivants :

  • La réduction des charges immobilières : l’immobilier est le deuxième poste de dépenses après la masse salariale. Un m2 mal utilisé est un coût non négligeable :  une approche flexible de l’immobilier d’entreprise mixant un siège optimisé et le développement du télétravail à domicile ou en espace de coworking proche des lieux de résidence des salariés sera un levier pertinent dans un contexte de crise économique
  • L’amélioration de la productivité individuelle – jusqu’à 20% si on ne dépasse pas deux jours de télétravail par semaine, sans compter un boost de motivation et une amélioration de la qualité de vie des salariés
  • La valorisation de l’image de l’entreprise : en interne, la marque employeur se renforce en fidélisant les collaborateurs et en étant attractif pour recruter, y compris en dehors de son territoire.

2. Mon job ne peut pas s’exercer en télétravail 

Nous avons tendance à raisonner en termes d’emploi, plutôt que de tâches télétravaillables ou non.

Pensez à lister toutes vos tâches afin d’évaluer ce qui est réalisable à distance. On estime que 50% des emplois sont en tout ou partie télétravaillables. 

coronavirus

Photo by JESHOOTS.COM on Unsplash

J’Y VAIS MAIS J’AI PEUR

Vous appréhendez l’alternance entre le siège de l’entreprise et le télétravail ?

1. Je vais être distrait(e) 

Vous craignez d’être plus distrait(e) en télétravail que dans votre bureau habituel ?

Choisissez soigneusement les tâches que vous réalisez en télétravail : privilégiez celles qui demandent de la concentration plutôt que celles qui requièrent des échanges importants. 

Nos suggestions:

  • prévoyez un espace dédié pour éviter que votre quotidien ne s’entremêle avec vos missions du jour
  • fixez-vous des plages horaires de travail fixe en incluant des pauses régulières
  • si votre logement n’est pas adapté, pensez coworking ! L’open space d’un espace de coworking n’est pas celui de votre entreprise, vous ne risquez pas les interruptions de la part de vos collègues, de votre machine à laver ou de vos enfants.

2. Je vais être isolé(e) 

Pour contrer votre sensation (réelle ou non) d’isolement, un cadre est essentiel :

  • organisez-vous au sein de votre équipe. Par exemple, prévoyez des plages fixes dans la semaine où personne n’est en télétravail ou prenez un café “en visio” le matin sans parler travail pour démarrer la journée.
  • ménagez-vous une vie sociale: le temps gagné sur les transports peut vous permettre des activités de loisir.
  • fréquentez un espace de coworking pour retrouver l’aspect social de la vie de bureau.

3. Je ne suis pas équipé(e)

De nombreux salariés n’étaient pas ou mal équipés pour le télétravail durant le premier confinement de cette année 2020. Les employeurs et salariés ont été pris de court, mais notez que :

  • L’employeur a un devoir d’équiper au minimum ses salariés (ordinateur et téléphone portable) afin de travailler dans les mêmes conditions qu’au bureau. Il doit également vous fournir les outils informatiques nécessaires à votre travail et mettre en place le système de connexion à distance vous permettant de travailler dans des conditions similaires. Enfin, le financement de ces équipements peut être précisé dans une charte interne.
  • Le coworking est une bonne alternative pour les salariés habitant dans des logements exigus, mal aménagés ou avec des connexions internet inadaptées ou qui souffrent de l’isolement. Les gestes barrière et équipement de protection liés à la pandémie sont respectés dans tous les espaces. 

4. Je n’ai pas confiance dans la sécurité des données 

Les clauses de confidentialité restent applicables au télétravail. Le collaborateur est responsable de la sécurité des données notamment contre les vols et les accès non autorisés.

  • Pour vos données informatiques, l’entreprise peut vous mettre à disposition un VPN, un réseau privé virtuel qui permet d’avoir un tunnel de données sécurisé entre internet et votre appareil.
  • Les espaces de coworking sont équipés de connexion internet haut débit sécurisées et d’espaces de confidentialité – plus sûr que votre wifi partagé avec le voisin ou la PS4 du petit dernier… 

5. Je ne vais pas me sentir à l’aise dans un espace de coworking 

  • Les espaces de coworking ne sont pas des cercles fermés. Au contraire, vous y retrouverez  aussi bien des indépendants que des salariés en télétravail, de jeunes entrepreneurs comme des professionnels confirmés. Cette diversité permet des échanges différents et complémentaires à ceux réalisés au siège de l’entreprise.
  • Besoin de calme? Ces espaces sont avant tout des lieux de travail. Les opérateurs sont les garants des différents usages de leurs espaces : espaces calmes et confidentiels vs. lieu dédié aux rencontres et échanges.

télétravail

 

CE QUE VOUS NE SOUPÇONNIEZ PEUT ÊTRE PAS 

Le télétravail, c’est bon pour la planète et pour votre santé! 

Actuellement, il y a plus de 120 000 déplacements domicile-travail quotidiens en voiture vers Genève. 

Télétravailler (à la maison ou en coworking à proximité de son domicile) c’est:

  • du temps gagné: fini les bouchons ou les transports publics bondés et du temps libéré pour travailler plus ou pour les loisirs.
  • des accidents en moins: en France, un accident du travail sur deux a lieu sur le trajet domicile/travail. 
  • des économies réalisées: en France, les trajets domicile-travail représentent 17 milliards d’€ par an soit 24 journées de travail 
  • un geste pour la planète: le développement du télétravail à raison d’un jour par semaine, dans la zone frontalière de Genève, permettrait d’éviter 12 millions de déplacements chaque année, soit 6% des entrées/sorties de Genève représentant plus de 30 000 tonnes d’économie de C02, l’équivalent de la consommation annuelle de 6 000 ménages. 

Qui sommes-nous?

   

CoAlpin est un réseau d’espaces de coworking couvrant l’arc alpin de Thonon à Grenoble. Le Genevois français, territoire à fort développement économique et démographique, est idéal pour aller plus loin sur la question du télétravail.

Envie de proposer le télétravail en coworking pour vos salariés? 

Besoin d’aide pour convaincre votre employeur de passer à l’action?

télétravail